mercredi 26 décembre 2012

Test macérât n°1 : bardane dans du beurre de karité


Dans le cadre d'une formation aromathérapie, j'ai du faire un exercice intéressant : tester différentes formes de macérât huileux.

J'ai choisi d'en faire différents : des classiques et des saugrenus. Le but est le test !

En test : les fleurs de soucis séchées, les feuilles de sauge fraiche de mon jardin, le café moulu, les fleurs d'arnica séchées, la poudre d'urucum, des fleurs de lavande séchées, de la bardane séchées, et de la fève de Tonka.

Chaque jour, je vais vous donner mes impressions sur un des macérât réalisé : processus de fabrication, mes observations, et comment utiliser ce macérât.

L'intérêt de la fabrication de macérât est de transférer les principes actifs d'une plante dans une huile, un beurre.

Je zoomerai aussi sur les principes actifs de chacune des plantes.

Voici le premier :

Macérât de Bardane dans du beurre de karité

Présentation

La bardane, : on la trouve un peu partout. Les fleurs forment des boules « piquantes / collantes » qui s'accrochent aux habits, qui font penser au velcro.

Les principes actifs

La bardane les cheveux :
  • freine la chute des cheveux,
  • prévient la calvitie,
La bardane pour la peau :
  • traite les infections de la peau (acné, dartres, furoncles, abcès, psoriasis, par exemple).
  • Traite les crevasses, piqûres d'insectes
La bardane est connue pour son action détoxifiante. (Source : Nos Grands mères savaient de Jean Paliseul)

Le beurre de karité :

C'est un beurre végétal, issus bien souvent d'Afrique de l'Ouest.

Mode de fabrication du beurre de karité : En premier lieu, on pile les noix de karité. À l’issue de cette première étape, on obtient des pâtes qui sont ensuite bouillies avec de l’eau dans une grande marmite. Ce procédé consiste à séparer la graisse qui se décante sur l’eau avec les pâtes huileuses qui constituent le beurre de karité après être malaxé. Ce processus est bien évidemment traditionnel, mais de nos jours, les exploitations industrielles requièrent des matériels très sophistiques et des opérations plus raffinées. Parmi les techniques industrielles utilisées, on peut citer la pression mécanique et l’extraction de l’huile par un solvant. Sources : http://beurredekarite.net

Il est utilisé en Afrique depuis très longtemps. Il fait partie de la « trousse de toilette, pharmacie » des femmes africaines. Il est préparé de différentes sortes (trituration, bien souvent) pour soigner les cheveux abimés, hydrater, protéger la peau, et même en massage pour les bébés. On le trouve, vendu à chaque coin de rue, dans les pays producteurs.

Présentation : beurre de couleur jaune à blanche. Il est sur une texture très grasse, qui se liquéfie autour de 35°.

Les principes actifs

Le beurre de karité est riche en vitamine A, E, D. Il nourrit, répare la peau, l'hydrate (ou permet de garder l'eau contenue dans la peau). Il protège la peau des UV. Il est un régénérant cutané puissant.

Macérât de bardane dans du beurre de karité, le mode opératoire :

Ingrédients :

2 cuillères à café de bardane X 3 macérations

4 cuillères à soupe de beurre de karité

La recette, pas à pas :

  • Faites fondre au bain marie le beurre de karité.
  • Ajoutez la bardane dans le beurre liquéfié.

Deux solutions :
    Patience... Laissez infuser pendant 3 semaines les plantes dans le corps gras.
    Rapide :
  • Faites chauffer au bain marie le beurre de karité pour le rendre liquide.
  • Ajoutez la bardane dans le beurre liquide.
  • Placez votre préparation dans une yaourtière (chauffe douce à 50° maxi, ce qui n'altère pas les huiles, beurres). Laissez les pots non couverts, quelques heures à chaud.
  • Laissez poser, refroidir en couvrant durant une journée.
  • Chauffez la préparation au bain marie pour la liquéfier à nouveau et filtrez (entonnoir + filtre à café).
  • Ajoutez dans le liquide de la bardane « neuve » pour recommencer le processus de macération, et saturer le beurre en principes actifs de la bardane.
  • Recommencez le processus chauffe à la yaourtière + pause 3 fois en tout.


Résultat : processus assez contraignant avec le beurre. Ici, on obtient un beurre super réparateur, et certainement salvateur pour les cheveux abîmés, voir pour la chute de cheveux.

Odeur : pas de changement d'odeur particulier.

Couleur : le beurre n'a pas changé de couleur.

Utilisation :
  • à intégrer dans un baume réparateur de la peau avec les HE adaptées (lavande pour gerçures, hélichryse pour les bleus...)
  • Ingrédients majeur pour un masque de cheveux abîmés.

4 commentaires:

  1. Merci pour ce pas à pas. Je cherche justement ce genre de macérât. J'attends la suite !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis fan des macérâts. Merci pour tes tests !!!!

    RépondreSupprimer
  3. J'admire beaucoup ce que vous faites. Si un jour je devais me reconvertir, je pense que ce sera en chimiste. Mais ma spécialité se penchera surtout sur la cuisine je pense. En tout cas, merci pour toutes ces informations et petites recettes.

    RépondreSupprimer
  4. bonjour,
    j'essayais justement de faire ce macérat! et alors je ne sais pas trop, il est difficile de trouver de belles feuilles doit on utiliser la bardane entière ou seulement ses racines, et les racines sont elles à sécher avant...je sais il faudra que je suive une vraie formation...
    Merci

    RépondreSupprimer

Nombre de visites

Animation "ménage au naturel" - France 3, janvier 2014

Contacter Sophieaunaturel

Nom

E-mail *

Message *