vendredi 1 juin 2018

7 idées pour transformer les plantes aromatiques du jardin


J'adore les aromatiques : facile à cultiver, en jardin, en jardinière, en pots dans la cuisine. Elles sont peu coûteuse, surtout en partant de la graine. J'en ai plein, mais parfois, elles restent dans le jardin sans que je les utilise vraiment. J'ai donc fait quelques recherches, tests pour mieux les utiliser et éviter de les laisser en plant !

Quelques conseils si vous ne les avez pas encore planté :
  • l'idéal est d'avoir un pot ou un carré potager pas trop loin de la maison. Sinon, grosse flemme d'aller les chercher au moment de cuisiner !
  • J'aime mieux partir de la graine plutôt que de les acheter en supermarché. Je remarque qu'elles sont superbes dans les magasins, une fois plantées, elles « ne marchent » pas, surtout la basilic:(

Comment transformer les aromatiques du jardin ?

1/ j'en mets partout, dans la plupart des plats froids ou chaud.

A chaud : Le classique mélange d'aromatique dans les viandes, bouillon (sauge / romarin / laurier / thym, par exemple). Je coupe quelques feuilles que je rassemble en un fagot qui se diffuse dans mes eaux de cuisson. C'est le fameux bouquet garni !  Quel parfum !

A froid : évidement j'en coupes dans toutes mes salades (ciboulette, persil, estragon, aneth...). L’intérêt de cette méthode est de bénéficier des vertus santé de ces plantes, les vitamines et minéraux qu'elles contiennent.

Une piste au bureau : laissez une jardinière d'aromates dans la salle de pause. Un peu de ciboulette, persil, aneth, basilic ou thym... les collègues en feront certainement un bon usage !

2/ j'aromatise mon huile
En cuisine, comme en cosmétique, c'est agréable d'avoir des huiles aromatiques. En cuisine, pour les vinaigrettes ; en cosmétique, pour les macérats huileux en usage cutané (pour la peau - recettes ICI).
La marche à suivre :
vous prenez vos plantes aromatiques et laissez sécher quelques jours. Une fois sèches, vous les laissez infuser 3 semaines dans de l'huile d'olive ou tournesol. A l'issue, vous filtre (entonnoir/filtre à café) et obtenez votre huile aromatisée. Cette méthode peut se faire avec plusieurs plantes dans une même huile.

3/ je crée des sels ou sucres aromatiques
Pour saler ou sucrer mes plats, j'aime bien utiliser du sel ou sucre aromatique. La marche à suivre : Comme la recette précédente, il est nécessaire de faire infuser la plante SECHE dans le sucre ou sel. Dans ce cas là, je laisse la plante dans le mélange mais la réduit en poudre ou petits morceaux au préalable. Utile, pratique et exhausteur de goût !
Ce qui marche bien avec le sel :
  • la ciboulette,
  • la sauge,
  • le romarin,
  • l'estragon,
  • le basilic
  • l'hélichryse italienne (odeur curry)...
et pourquoi pas mélanger le tout !

Pour le sucré :
  • les fleurs comestibles, notamment le lilas,
  • la menthe, même les différentes menthes
  • le basilic...

4/Les infusions en plantes fraîches (pour les pressé) ou plantes sèches à conserver tout au long de l'année
Je suis utilisatrice de gourde, et j'aime bien, de temps en temps, aromatiser l'eau que je vais boire en journée. C'est l'occasion d'aller cueillir quelques plantes fraîches de bon matin, de les rincer, et de les laisser macérer dans l'eau de ma gourde.

Pour garder mes plantes au long court, l'idéal est de les laisser sécher quelques jours avant de les conditionner dans des bocaux. Ainsi, elles se conservent largement l'année durant, pour les déguster en tisane. 

Côté tisane, le thym, un incontournable de l'hiver ; j'aime bien la lavande, la menthe côté goût ; un détox intéressante avec le romarin (avec précaution, c'est un sacré diurétique!). La tisane s'utilise sur plante sèche, à infuser quelques minutes dans une eau bien chaude.

5/En macérat dans le vinaigre de cidre, pour les cheveux
La macérat vinaigré est un excellent soin pour les cheveux. L'un des plus connu est celui à base d'ortie, un très bon minéralisant, restructurant pour les cheveux.
La marche à suivre :
La macérat vinaigré en soin cheveux se fera avec du vinaigre de cidre (pH 5 mieux adapté au cuir chevelu que le vinaigre blanc). Mieux vaut utiliser des plantes sèches pour éviter qu'elles ne moisissent dans le mélange.
La patience est de rigueur : 3 semaine de macération avant usage !
Pour séparer plante et vinaigre, j'utilise entonnoir et filtre à café.
Côté utilisation, j'aime bien la version en spray, à utiliser après un shampoing, sur cheveux humides.

Quelques plantes à utiliser en macérat vinaigré :
  • la sauge : régule le sébum, revitalisant, favorise la pousse, réduit la chute des cheveux,
  • le romarin : plutôt pour cheveux foncé, il tonifie les cheveux mous, les cheveux fins,
  • l'ortie : un revitalisant, minéralisant, lutte contre les pellicules
  • la lavande : pour les cheveux gras, démangeaison

6/ Transformer les plantes en sirop
Cette piste est intéressante, surtout quand on a une plante en grande quantité, la menthe, par exemple.

La marche à suivre :
  • 15 à 20 tiges de menthes ou près de 350 feuilles
  • 600 ml d'eau
  • 500 g de sucre.
Il est nécessaire de nettoyer à l'eau les plants de menthe et de retirer les feuilles. Au plus il y a de feuilles, au plus le goût est intense.
Vous mélangez ensuite eau / feuilles de menthe / sucre dans un casserole. Vous laissez chauffer le tout pendant une quinzaine de minute, jusqu'à ce que la texture sirupeuse apparaisse.
Vous laissez refroidir, puis filtrez le mélange en le transvasant dans une bouteille en verre. Le sirop se garde une semaine au frais. L'idéal est de préparer les quantités nécessaires adaptées à votre consommation et la conservation.
Cette pratique de sirop est intéressante à réaliser l'hiver avec de thym, sucre/eau et miel, plus facile à faire passer pour les enfants que la tisane.

7/ Je parfume mon vinaigre blanc à usage ménager
Le vinaigre blanc a un odeur pas souvent appréciée. On peut le parfumer avec des huiles essentielles, ou bien, en macérât de plantes. L'idéal est, comme la plupart des recettes précédentes, d'utiliser des plantes sèches. Elles macèrent 3 semaines, puis vous filtrez. 
Le vinaigre aura une odeur atténuée, plus agréable. Intéressant lorsqu'on est sensible aux huiles essentielles ! 
J'aime bien l'utiliser en spray avec un peu de savon (à peine quelques gouttes), en guise de nettoyant multi-usage.

Macérat vinaigré de lilas !
Voilà quelques pistes. Si vous en avez d'autres, je suis preneuse ! Au plaisir !

mardi 17 avril 2018

Mon nouveau coussin Upcyclé en toile de montgolfière, ou à la rencontre d'un projet fou !

C'est au détour des réseaux sociaux que j'ai fait connaissance du projet de Louis Lefebvre : La tête dans les nuages. Ce titre le caractérise bien, d'ailleurs ! C'est un garçon joyeux et aérien que j'ai rencontré !

Présentation de Louis
Louis Lefebvre
Notre inventeur de génie a fait des études à Lille, en agronomie à l'école d'ingénieur de l'ISA, dans le but de reprendre l'exploitation agricole de ses parents.
C'est au cours d'un stage dans la gestion des déchets que son chemin a bifurqué ! Il œuvrait pour la start up parisienne Phénix (http://www.wearephenix.com). Cette entreprise a pour mission de valoriser les invendus de la grande distribution, auprès d'associations. C'est là que Louis découvre une problématique : les entreprises ne savent pas quoi faire de leurs déchets en polystyrène.

L'idée de créer une filière de recyclage a germé, et pris forme lorsque Louis a déniché en Europe de l'Est, un broyeur à polystyrène. Comme Louis est le roi de la débrouille, il a récupéré et réparé la machine.

Le débouché évident pour le polystyrène est le pouf, le coussin, le fatboy... Pour aller jusqu'au bout du recyclage, c'est avec des tissus d'ancienne montgolfières et de toiles publicitaires qu'il crée ses coussins.

Crédit : ltdln

Une idée, un projet
Pour lancer la machine, c'est une campagne Ulule diffusée l'été 2017 qui lui donne de la visibilité, de la notoriété, une communauté qui croie en son projet. 

D'ailleurs, mention spéciale pour les nordistes qui ont commandé en masse !
De la campagne de crowdfunding (financement par la foule, avec contrepartie) il espérait 20 000€. Ce sont 36 000€ de financements qui sont récoltés, et autant de coussins à produire. Le grand saut ! 




Là, il faut s'organiser, différents partenaires permettent de formaliser le projet :
  • un atelier de nettoyage est trouvé pour les toiles de montgolfières via un ESAT embauchant des travailleurs handicapés,
  • un atelier de tri et récupération des anciennes bâches publicitaires,
  • un atelier de confection des coussins, avec machines à coudre spécifiques à deux aiguilles, dédiées aux tissus épais, via  une association d'insertion par le travail.
Louis a implanté ses locaux à l'Ile Saint Denis, en région parisienne, à proximité de ses partenaires réalisant la confection.

Aujourd'hui, les « ululeurs » sont presque tous livrés.
J'ai d'ailleurs participé à la campagne Ulule et acheté un exemplaire d'un CUMULONIMBUS pour mon salon. 



J'ai profité de la livraison, apportée en direct par Louis pour papoter de son projet. Un chouette moment :)

Mon CUMULONUNBUS :
Je suis ravie de la qualité du produit, avec des matériaux solides, conçus pour durer longtemps, surtout si mon coussin est (parfois) martyrisé par mes enfants... 
Le bean bag est entièrement déhoussable, donc facilement lavable. 



Je peux l'utiliser en extérieur grâce à la toile du dessous qui est très épaisse et imperméable (en bâche publicitaire de récup, il me semble).


La tête dans les nuages aujourd'hui
L'entreprise prend son envol. Il sera désormais possible de commander ses « bean bag solidaires de tissus upcyclés made in France » de différents formats sur le site www.ltdln.com

Cumulus fraîchement livrés dans une entreprise nordiste.
L'entreprise La tête dans les nuages propose aussi de la location de coussins dédiés aux événements, avec scénographie des espaces détente.

Contact :
Pour joindre Louis, la Tête dans les nuages :

  • mail : louis@ltdln.com
  • sur la page facebook : https://www.facebook.com/ltdln.beanbags
Son atelier est implanté au 62 avenue Jeau Jaures – 93450 Ile Saint Denis.

Je souhaite bon vent à Louis et son projet remarquable ! Pendant ce temps là, je vais profiter de mon nouveau coussin !


vendredi 30 mars 2018

Tricoter ses éponges ?


C'est au détour d'une librairie que j'ai trouvé l'inspiration, dans ce livre qui traite du sujet « les carrés durables ».


Je suis tricoteuse du dimanche. J'ai eu 2 grands mères tricoteuses (de grand talent, d'ailleurs!), des doux souvenirs ! 
J'ai appris le tricot, il y a quelques années grâce à des tutos sur internet. Cette chaîne youtube 1000 mailles a été inspirante, et m'a aidé à me lancer (merci à la créatrice, d'ailleurs!).


J'aime bien me détendre en tricotant, une tâche répétitive, à faire sans se presser, ça vide la tête !
Bref...
Les carrés durables sont des alternatives aux lingette jetables, vieux torchons, et autres essuie-tout qui encombrent nos poubelles. L'idée semble assez répandue au Danemark, comme le stipule le livre.


Ces carrés tricotés, le sont à base, non pas de laine, mais de fils de coton. 

Pour les connaisseuses, j'ai utilisé une aiguille en 3,5 et monté 60 mailles, jusqu'à obtenir un carré, en point mousse.

Pour aller plus vite, il est aussi possible de tricoter un fil plus épais, toujours en coton.
Avec le bouquin, vous avez des idées pour tricoter des carrés plus ou moins sophistiqués.
J'aime bien la simplicité, alors, je me suis lancée dans une version « lavette » de 30cm de côté.
Je compte aussi en fabriquer des plus petits, de 15 cm de large, pour nettoyer rapidos une table ou une gazinière.


Côté usage, j'ai été surprise de son utilisation au quotidien : les mailles permettent de faire effet « gratte » assez efficace pour nettoyer les surfaces.
Contrairement aux tawashis, je n'ai pas l'effet « vieille éponge mouillée », parce que ça sèche assez vite, grâce à la maille aérée. Cette lavette dure dans le temps, et passe en machine sans soucis.

Alors, tenté(e) ?


samedi 17 mars 2018

Amitié Partage, ou comment donner utile

C'est lors d'une animation zéro déchet que j'ai eu la chance de visiter l'association Amitié Partage de Roubaix.

J'ai été surprise du flux de personnes qui fourmillait, dès 8h du matin dans les locaux. L'association caritative touche de nombreux bénéficiaires, plus de 500 familles à l'année ! Le public vient récupérer des habits, de quoi se nourrir, via les dons de la banque alimentaire, un  peu de chaleur humaine, un accompagnement social...

Amitié partage est structurée autour de réseaux de bénévoles, de salariés en chantier d'insertion (accueil, logistique, et atelier de créations en tricots Jacadi : exemple ICI), et professionnels de l'accompagnement social.
Pour nous, particuliers, nous pouvons apporter notre petite pierre à l'édifice :
l'association reçoit de nombreux dons. Sophie Leclercq, référente RSA, m'a rappelé que les dons doivent être utiles et de qualité. 

Voici un zoom sur les besoins principaux :

Les vêtements
L'association récupère de nombreux habits. Un énorme tri est fait par les salariés et bénévoles afin de mettre en place un vestiaire. Les bénéficiaires donnent 1€50 par personne pour récupérer tous les 3 mois différentes pièces (deux pantalons, un pyjama, un pull...). Le vestiaire est impressionnant dans sa gestion, mais aussi dans la qualité des pièces données.

Vestiaire, côté enfant

Chaque habit est passé au crible (propreté, trou, chiffonnage, qualité...). Ce qui ne répond pas aux critères sont redonnés au Relais pour recyclage.

Le tri, travail de patience

Ce qui est particulièrement recherché, ce sont les habits pour les hommes, et les vêtements enfants à partir de 4 ans, les grandes pièces de tissu (rideau, draps par ex.).
Vestiaire, côté Homme

Les jouets
Chaque année, Amitié Partage organise un dons de jouets pour les familles à Noël. Les jouets en bon état sont collectés, triés, lavés et proposés sous forme de braderie gratuite aux familles quelques semaines avant Noël, afin de gater les enfants des familles bénéficiaires.

La salle de jeu pour les enfants, utile pendant que les parents font leurs démarches.
 Des ateliers créatifs y sont aussi proposés. 

Les ustensiles de cuisines, petit électroménager
Ces objets sont collectés, vérifiés puis mis à disposition régulièrement sous forme de braderie gratuite. Chaque bénéficiaire peut piocher selon ses besoins.  

Les livres
Des nombreux ouvrages sont mis à disposition dans l'entrée de l'association et tournent rapidement d'après Sophie. Ce système s'apparente à une boite à don/boite à livre dans les locaux de l'association.

Sas d'attente à l'entrée, avec boite à livres, très appréciée !

Lorsqu'on se lance dans une démarche de diminution des déchets, le désencombrement est l'une des étapes. Autant donner une seconde vie aux objets en bon état dont on veut se débarrasser, mais « trop beaux » pour les jeter !
Sophie Leclercq me rappelais qu'Amitié Partage recherche régulièrement des bénévoles pour du tri, même quelques heures par semaine, ou d'autres plus grands chantiers, dont le Conseil d'Administration !

N'hésitez pas à prendre contact avec la structure :
Amitié Partage : 21 Rue du Maréchal Foch, 59100 Roubaix - 03 20 73 25 24


lundi 5 mars 2018

A la rencontre de la savonnerie de Romu

J'ai eu la chance de passer une après-midi à la rencontre de Romuald Tramcourt, savonnier artisanal à Hem. Ce que nous avons en commun : la passion de la cosmétique, la créativité de la formulation, des matières naturelles, et même des formations en savonnerie avec F. Dubus !

Romuald propose une gamme de savons naturels solides, liquides, des baumes et sticks à lèvres.


Les savons artisanaux, en SAF (Saponification à Froid) sont d'une excellente qualité pour la peau : riche en glycérine (protecteur), surgraissés (un soin pour la peau), avec des matières nobles (huiles végétales, HE, argiles, miel...).

Son parcours :
Romuald est chimiste de formation. Il a œuvré dans l'industrie pharmaceutique pendant près de 20 ans. Il travaillait en scaphandre dans des atmosphères poussiéreuses. A la sortie du boulot, il devait se désinfecter, se nettoyer avec des savons assez décapants. Un désastre pour sa peau ! 
C'est cette déconvenue qui l'a poussé à trouver un savon nourrissant, plus doux. Comme il n'a pas trouvé chaussure à son pied, il a choisi de formuler lui-même des savons, ses cours de DEUST de pharmacie à l'appui. 



Au détour d'un voyage, il tombe nez à nez avec un savonnier artisanal. Le coup de cœur ! Sa vocation de savonnier démarre ! 
Romuald a affiné ses connaissances en se formant en savonnerie artisanale auprès de Franck Dubus, pharmacien-formateur à Die (Info ICI). Après plus de 6 mois pour mettre au point ses formulations et projets, son entreprise voit le jour en 2014.

La spécificité de la savonnerie de Romu :
Depuis le début de son activité, Romuald a poussé loin l'approche durable et zéro déchet :
  • la plupart de ses outils sont fabriqués maison : les plans de séchage, les moules, les outils de découpe (ici, avec des cordes de guitare !)...

  • toutes ses matières sont 100% bios, si possible éthiques ou locales. D'ailleurs c'est ce qui justifie le prix de ses savons, finalement pas si coûteux au regard de la qualité des ingrédients.
  • L'eau utilisée provient de... la pluie ! Elle est filtrée au préalable ;)
  • Les savons solides sont proposés à la coupe ou contiennent peu d'emballage : la bague en papier du savon solide est même compostable (encres végétales, papier issu de forêts gérées durablement).

  • Il a obtenu le label Nature et Progrès, l'un des plus exigeant en cosmétique.
Le savon liquide, saponifié à la potasse
Romuald est un homme passionné, et qui a longuement travaillé ses formulations. Il est une mine de connaissance sur la saponification, passionnant !
Son activité de savonnier a évolué avec l'arrivée du savon liquide. Romuald a réussi à formuler un savon artisanale liquide, à la potasse, d'excellente qualité. A ma connaissance, peu de savonniers en France proposent ce type de produit de grande qualité : un gel douche qui lave, mousse finement et laisse un léger film protecteur sur la peau après usage.
Voici les différentes étapes, en film, de la fabrication du savon liquide (ici, 18 litres de pâtes, pour obtenir le double en savon liquide) :




En résumé :
  • Pesée et fabrication de la lessive de potasse (eau + potasse),

  • Pesée des huiles (ici : coco, olive, colza) et mises à la chauffe douce à 50°,


  • Lorsque les deux phases (lessive de potasse et huiles) sont à la même température, la lessive de potasse est versée dans l'huile.
  • Mélange au fouet électrique, professionnel (en inox, pied haut). Là, la manipulation est sportive : près de 20mn à mixer, jusqu'à obtenir une pâte en texture chewingum. La pâte de savon est laissée 24 à 48h pour continuer le processus de saponification.

  • Dernière étape : la dilution de la pâte à l'eau pour la transformer en savon liquide. Il ne reste plus qu'à parfumer les savons avec des huiles essentielles, verser en flacons et étiqueter.

Mon avis : 
Je trouve que les Savons de Romu sont d'une très belle qualité. J'admire le travail acharné de recherche (matières, texture, esthétique, odeur...) pour réaliser la fabrication d'un savon liquide. Cette méthode est délicate, difficile à mettre en oeuvre. Les savons liquides donnent une agréable sensation de peau nourrie par le surgras de l'huile. Bravo !

Où trouver les savons de Romu ?
Romulald vend sur quelques marchés le we : à Hem et Arras, les Ruches qui dit Oui, mais aussi dans la plupart des magasins vrac de la métropole lilloise, quelques magasins bios comme Label vie et Naturéo.


Le site : http://lasavonneriederomu.fr
La page facebook :www.facebook.com/lasavonneriederomu

Des projets plein la tête :
La savonnerie devrait s'agrandir en 2019 avec un atelier plus grand, couplé avec un espace vente. Elle sera situé à Hem, dans la ferme Bracaval en cours de réhabilitation.

D'autres gammes de cosmétiques devraient voir le jour, comme des shampoings liquides et même solides, à base de savon en SAF (Saponification à Froid), pour le plus grand bonheur de ses clients ! Affaire à suivre ! 

dimanche 25 février 2018

Fabriquer un fondant au beurre de cacao, pour visage et corps. Idéal par grand froid !

En hiver, il y a un produit que j'aime bien utiliser, c'est le fondant...

Le principe ? Des corps gras, durs, qui fondent au contact de la peau. Super utile en période de froid ou de changement de températures, pour protéger, nourrir la peau. 
J'en est confectionné un sympa, à base de beurre de cacao, très odorant. Un délice !

La recette, pas à pas (niveau facile) :
Les ingrédients :
  • 15g de beurre de cacao : pour sa texture dure, sa belle odeur,
  • 8g d'huile de coco : pour sa texture dure et fondante,
  • 2g de cire d'abeille : pour la texture qui permet de garantir un produit dur, et filmogène, protecteur
  • 1g d'huile d'olive : pour ajouter un effet glissant au galet.
Coût des ingrédients : 0.70€

Les ustensiles : un bol pour la bain marie, une casserole, un moule souple, une spatule, une cuillère, une balance.

La recette, pas à pas :
  • Désinfectez à l'alcool les ustensiles, au préalable.
  • Pesez les différents ingrédients et placez-les dans le bol, ou bécher.

  • Placez votre bol au bain marie chaud. Patientez que les différentes textures soient totalement fondues.

  • Sortez le tout du bain marie, et tranvasez dans le moule.
  • Vous pouvez laisser à température ambiante et laisser durcir le mélange quelques heures, mieux encore, une nuit. Démoulez. L'idéal est de mettre votre fondant dans un bocal en verre (de recup') pour l'utilisation au quotidien.
Son utilisation : ce baume fondant s'utilise sur le visage, surtout lorsqu'il fait bien froid. Il suffit de faire glisser le galet sur la peau, puis de masser pour faire pénétrer la pommade. Il est très utile aussi sur des zones sèches, comme les jambes, les mains... Bref, un incontournable et bien utile pour l'hiver !


D'ailleurs, des marques spécialisées dans le zéro déchet proposent depuis peu des produits de ce type de belle qualité.

Vous avez, par exemple, Lamazuna, qui propose ce type de produit. A découvrir !




vendredi 9 février 2018

L'huile de coco, pour faire disparaître les aphtes

PARTAGE D’EXPÉRIENCE

L'autre jour, mon fils aîné se plaignait d'avoir mal à l'intérieur de la bouche. Après inspection, une belle aphte d'au moins ½ cm de diamètre ! C'est une douleur assez gênante et vraiment pas agréable...

Je pensai avoir un traitement homéopathique à portée de main, mais non... 

Que faire ? 
Tilt, idée !

Je sais que l'huile de coco a des pouvoirs anti-bactériens et nourrissants. Je me suis dit que ça pouvait, à minima apaiser sa douleur.

 Il a déposé une noisette de la taille d'un petit pois à l'endroit de l'aphte.



Le lendemain... plus rien ! C'était vraiment bluffant vue la taille du bobo ! Impressionnée, je suis ! 

Merci l'huile de coco:)

Si vous souhaitez aller plus loin, j'ai écrit il y a quelques temps un article plus complet qui décrit d'autres usages de cette précieuse ICI !


vendredi 26 janvier 2018

Fabriquer une crème soi-même, avec 4 ingrédients ! C'est Simple ;)

Dans mes animations, je prône souvent la simplicité, l'idée de fabriquer une crème avec 4 ingrédients de base, et d'avoir (quand même) un produit de qualité.

Ce post aura deux parties :
  • une recette super simple pour réaliser une crème,
  • comment faire une crème, avec le moins d'ingrédients possibles ? 

Pour démarrer, voici une recette relativement accessible pour fabriquer une belle crème "bonne mine" ! 

La recette type, pas à pas – la crème bonne mine
Les ingrédients pour 50ml :
  • 35g d'eau florale de fleur d'oranger : belle odeur d'enfance, atténue les teints ternes
  • 15g d'huile de noyau d'abricot : nourrit la peau, favorise l'éclat
  • 3g de cire émulsifiante : agent de texture
  • 7 gouttes de cosgard : conservateur
Le coût des ingrédients : 2€70, sans flaconnage

Ustensiles : un bol, une casserole pour le bain marie, une spatule, une balance électronique précise, un pot de 50ml (préférence : récup, et en verre !), un petit fouet manuel.

La méthode de fabrication :
  • Désinfectez vos ustensiles à l'alcool, préparer votre plan de travail avec tous vos ustensiles.
  • Pesez l'eau florale, la cire émulsifiante et l'huile végétale. Nous allons procéder à une émulsion one pot, c'est à dire, tout dans le même pot, au bain marie.
  • Placez votre bécher quelques minutes dans le bain marie chaud. C'est prêt lorsque la cire semble fondue.
  • En dehors du bain marie, vous pouvez commencer l'émulsion, c'est à dire de mélanger activement jusqu'à ce que la texture se change en crème. Préparer vos biscottes, ça dure plusieurs minutes.
  • Dernières étapes : ajouter votre conservateur et mélanger. Transférer dans votre pot désinfecté.
Mon avis :
c'est une recette toute simple et agréable à utiliser. L'odeur de la crème est donnée par l'eau florale. Fleur d'oranger, ça passe bien ! Elle donne vraiment du peps aux peau fatiguée. J'ai déjà eu des remarques du type : « tu reviens des sports d'hiver ? ». Non, juste une crème qui donne bonne mine !


ET finalement, comment faire une crème soi-même, au naturel ?
Une crème est le fruit d'une émulsion : le mélange de l'eau et de l'huile. Comme ces deux ingrédients ne se mélangent pas habituellement (huile surnage au dessus de l'eau), on utilise un agent émulsifiant qui permet de lier ces deux ingrédients.
Pour avoir une crème efficace, le mieux est d'utiliser ce que la nature nous offre :
1/ l'eau florale, issue de la distillation des plantes.

Chaque eau florale a des principes actifs à nous apporter. Privilégiez votre choix selon vos besoins (peau mature, sèche...), et son odeur. Oui, si on apprécie pas l'odeur de l'eau florale, pas chouette à utiliser au quotidien !
Pour fabriquer une crème, l'eau florale se dose de 30 à 70% du poids total du produit.



2/ l'huile végétale : pour nourrir la peau, la protéger.
Pour bien choisir une huile végétale, ce sera de :

-  1ere pression à froid, 
- bio, 
- si possible non désodorisée ou décolorée. Bref, la plus pure possible.
Chaque huile végétale a des principes actifs qui interagissent avec la peau.
Dans une crème, l'huile se dose de 20 à 40%.


Voici un tableau récap issu de différents ouvrages de quelques eaux florales et huiles végétales selon leur bénéfice :

Spécificité de la peau
Type d'ingrédient
Nom (liste non exhaustive)
Peau normale
Ni grasse, ni sèche. Elle est douce, lisse. Ne tire pas, tolère facilement le chaud/froid. Peu d'entretien en particulier.
Huile végétale, beurres
Jojoba, noisette, sésame, noyau d'abricot, coco, cacao, karité

Eau florale
Cassis, fleur d'oranger, rose... Autre : aloé véra
Peau grasse
Les pores sont dilatés. L'aspect de la peau est à tendance brillante, à cause du sébum produit en excès. Peau propice aux boutons, points noirs. La maquillage ne tient pas.
Huile végétale, beurres
Noisette, jojoba, macadamia, sésame

Eau florale
Cèdre, eucalyptus, genevrier, hamamélis, rose, sauge, thym, lavande, citron.
Peau sèche
Peau souvent fine, elle est source de tiraillements, d'inconfort. La raison de la sécheresse : manque d'eau, film hydrolipidique trop fin.
Huile végétale
Argan, bourrache, germe de blé, jojoba, olive, onagre, rose musquée, sésame

Eau florale
Camomille, carotte, fleur d'oranger, hélichryse, vétiver, sauge, rose
Peau sensible
- Soit : réactive au climat, cosmétique non adaptés = rougeurs, tiraillements.
- Soit : peau fragile (génétique, bébé...)
- Soit peau allergique : donne dermatose, eczéma
Huile végétale
Macérât calendula, macadamia, ricin, jojoba, rose musquée, sésame
- beurre karité


Eau florale
Camomille, hélichryse, hamamélis, lavande, millepertuis, tilleul
Peau mixte
Sèches sur tempes, pommettes (peu de glandes sébacées) , grasse sur le nez, front, menton ou zone T.
Huile végétale
Jojoba, macadamia, noisette, noyau d'abricot, sésame
Eau florale
Achillée millefeuille, laurier noble, lavande
Peau mature
Les modifications hormonales modifient la structure du visage, les rides sont plus nombreuses
Huile végétale
Avocat, bourrache, onagre, argan, pépin de raisin, rose musquée
- Beurre cacao, karité

Eau florale
Lavande, cèdre, menthe poivrée, rose de Damas, sauge

3/la cire émulsifiante
Ce sera l'ingrédient indispensable pour permettre l'émulsion de ces 2 ingrédients. Il se présente souvent sous forme de cire, en paillettes. Elles sont issu du végétal, comme l'olivem (huile d'olive) par exemple.
En terme de dosage, ce sera de 5 à 12%. Au plus vous ajoutez de cire, au plus la texture sera épaisse. Avec ce dosage, votre crème se conserve à température ambiante pendant 1 à 2 mois. L'idéal est de fabriquer la quantité nécessaire en conséquence !


4/le conservateur
Il est aussi indispensable : sans le conservateur, votre crème aura une durée de vie de quelques jours avant de moisir ! Pour éviter le développement de bactéries, il est important d'utiliser un conservateur pour les produits à base d'eau. Les plus courants sont le Cosgard, géogard, naticide. Ils se dosent, en général autour de 0,6% du poids total du produit, soit 7 à 8 gouttes pour 50ml.


Pour le processus, vous pouvez vous reporter à la recette ci-dessus. Le ratage est rare avec ce procédé.

Alors, tenté de vous lancer ? Si non, quels sont vos freins ? 

Nombre de visites

Animation "ménage au naturel" - France 3, janvier 2014

Contacter Sophieaunaturel

Nom

E-mail *

Message *