vendredi 6 février 2015

A le rencontre de Pierre Rabhi

Mi-janvier, mes copines m'ont proposé sur facebook une conférence de Pierre Rabhi.

J'avoue que j'étais plutôt inculte le concernant, ou tout du moins, j'avais une connaissance assez superficielle de ce qu'il fait. Je connaissais le personnage de nom, je connais son visage, lu quelques articles dans les journaux à son sujet, et le fait qu'il ait créé le mouvement des colibris. Voila, en gros.

J'étais donc impatiente d'en savoir un peu plus.

La conférence avait lieue mi-janvier, à Tournai en Belgique. Co-voiturage de copines et un mari, nous voilà en route.
  

L'accueil commence, la salle conséquente. 

Ce sont près de 800 personnes qui se sont donné rendez-vous !



Je vous transmet en quelques lignes ce qui m'a marqué, ce que j'ai retenu.

Le personnage :
j'ai aimé sa simplicité, son côté modeste (alors que ses livres cartonnent, il est béatement écouté par des centaines de personnes...), son regard si doux, sa sagesse.

Pierre Rabhi est un agriculteur écolo, formateur (notamment sur les bonnes pratiques en agriculture biologique dans les pays du sud), fondateur du mouvement Colibris, écrivain et philosophe. Il est parfois nommé, « le pape vert ».
Il nous expliqué son parcours de vie. J'ai souri quand il nous a expliqué qu'il a souhaité s'installer en tant qu'agriculteur avec sa femme, dans une ferme sans eau, sans électricité, mais avec un environnement extraordinaire. Ils ont misé sur l'environnement extraordinaire, avec un confort de vie sommaire.
En tant qu'écologiste convaincu, Pierre Rabhi nous a évoqué la fragilité de notre civilisation, si dépendante aux énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon...). Il trouve aussi que la modernité (entre autre les écrans) nous grisent et nous éloignent de la nature. Sans nature, pas d'humanité.
L'homme a besoin de la nature pour vivre, mais la nature peut se passer de l'homme pour exister... A méditer...
La destruction de la terre, comme nous le faisons est très préjudiciable pour les générations futures ! On connait les chiffres, comme 1/5 de la population mondiale qui consomme 4/5 des ressources de la terre ; 1% des plus riches possèdent 50% des richesses du monde.
Il disait avec un petit air malicieux, qu'avec la nourriture moderne, on ne dit plus bon appétit, mais « bonne chance » !

Il nous a évoqué la place des publicités, les rêves et besoins qu'on nous crée. Il va même jusqu'à targuer ce phénomène de manipulation ! L'homme reste un éternel insatisfait de n'avoir toujours accès à ces rêves.
Il pense que notre modèle économique actuel nous conduit dans une impasse : toujours avec beaucoup d'humour : « le jeune va au bahut, travail dans une boite, prends sa caisse pour se déplacer, bref, l'homme est incarcéré ».
Pierre Rahbi a écrit de nombreux bouquins (que je vais mettre sur ma todolist de lecture), dont « vers la sobriété heureuse ». 

Il y parle d'un indicateur : la quantité anxiolytiques consommés. Il n'a jamais été aussi élevé dans nos pays développés. Il constate que nous avons une société surabondante, mais pas heureuse !
Il prône la JOIE, qui n'est pas en lien avec la richesse, ne se commande pas.
Côté proposition, Pierre Rabhi est célèbre, notamment pour un nouveau modèle économique qu'il prône : la sobriété, la simplicité.
Pour cela, il a créé les colibris (faire sa part), et même un fonds de dotation (financements privés, comme une fondation, avec des fonds en provenance de citoyens, par ex).
Pierre Rabhi a clôturé la conf sur une anecdote qui résume bien « quel regard nous portons sur la vie ? » :
Il vivait en campagne, et pour se chauffer, il devait faire la corvée de bois : couper des quantités de bois pour prévenir l'hiver.
Pierre Rabhi a rencontré un voisin qui devait faire la même corvée. Il lui a proposé de s'entraider en coupant le bois une semaine chez l'un, la semaine suivante, chez l'autre.
Après avoir coupé du bois toute la journée, les deux compères s’arrêtent. Pierre tombe en pâmoisons avec un superbe couché de soleil, fait une pause, subjugué. Il dit au voisin : « tu as vu ? » et le voisin lui répond « oui, on a 10 stères de bois ! ».
Je retiendrai : simplicité, faire des pauses.

A la fin de la conf, il y avait une proposition de signatures. 

J'ai fait ma groupie de base, avec mes copines. 

Merci à Fanny B, Isa et son mari et Sandra, c'était un bon moment : ) 


2 commentaires:

  1. Quelle chance tu as eu d'aller le voir ! Zut zut si j'avais su j'y serais allée !!
    Merci pour le retour en tout cas :)
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce résumé. Comme toi j'en ai déjà entendu parlé et lu des articles

    RépondreSupprimer

Nombre de visites

Animation "ménage au naturel" - France 3, janvier 2014

Contacter Sophieaunaturel

Nom

E-mail *

Message *